Le plan de trésorerie

Le Plan de Trésorerie et sa déclinaison en budget de trésorerie et prévisions de trésorerie

A l‘instar du plan de financement à long terme qui consiste à assurer une cohérence entre les décisions d’investissements et les moyens de financement à moyen et long terme, le plan de trésorerie est l’instrument qui permet d’appréhender et traduire les différents flux d’entrées et de sorties de trésorerie sur un horizon à court terme.

Il s’agit d’un instrument prévisionnel qui doit permettre d’anticiper les éventuels déséquilibres entre les sources de financement et les emplois et ainsi de prendre les mesures adaptées pour y faire face.

Le plan de trésorerie se décline en 2 types d’outils que sont :

  • Le budget de trésorerie
  • Les prévisions de trésorerie

qui se distinguent de par leur horizon et objectifs lesquels ne sont pas contradictoires mais plutôt complémentaires.

Schema plan tresorerie

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie modélise l’ensemble des flux d’encaissements et de décaissements issus des budgets d’exploitation et hors exploitation validés pour s’assurer d’un équilibre à court terme de la trésorerie.

Il prend la forme d’un tableau qui récapitule l’ensemble des recettes et dépenses prévisionnelles sur un horizon annuel mais découpé en mois, que l’on peut ajuster en fonction des changements intervenants dans l’activité de l’entreprise.

Il est bâti à partir des flux budgétaires auxquels on applique des règles spécifiques modélisant le passage en flux de trésorerie, et fait partie intégrante de la production du bilan, compte de résultat et tableau de financement prévisionnels.

Sa finalité est de s’assurer qu’il n’y a pas de ruptures non maîtrisées entre les flux d’entrées et sorties et de prévoir ainsi les financements appropriés aux besoins générés par l’activité de l’entreprise.

 

 Les prévisions de trésorerie

Les prévisions de trésorerie consistent à :

  • Prévoir sur un horizon très court les encaissements et les décaissements par types d’opérations avec un détail et une granularité plus fine
  • S’assurer de l’équilibre de sa position bancaire et du niveau de trésorerie pour faire face à ses échéances et éviter le risque de rupture de solvabilité et de faillite.

Elles se présentent également sous la forme d’un tableau qui est décliné en semaines sur un horizon de 3 mois, soit 13 semaines (correspondant en général à la vision court terme communément admise par les financiers) dites glissantes pour tenir compte des modifications fréquentes des flux dans le temps.

En effet ce type de tableau permet des ajustements fréquents en fonction des changements pouvant intervenir au niveau de l’activité.

Il est alimenté, entre autres, par l’ensemble des flux prévisionnels émanant des commandes d’achats et ventes, des flux réels issus des balances âgées clients et fournisseurs.

Graphe PT

La gestion de ces outils

Ces tableaux prévisionnels peuvent être systématiquement ajustés dans le temps en fonction de :

  • Changements dans l’activité de l’entreprise
  • Nouvelles décisions de la direction générale sur la politique et stratégie de l’entreprise,
  • La situation réelle à laquelle ils doivent être systématiquement confrontés.

Ils doivent être bâtis sur la base de ces principes de manière simple et pragmatique à partir de modèles préétablis ajustables selon les caractéristiques et besoins propres de chaque entreprise en fonction de leur activité et contexte.